SOIRÉE D’OUVERTURE

Vendredi 8 Octobre à 21h15 – Chapiteau

Affiche du film Mélancholie ouvrière du réalisateur Gérard Mordillat

CHAPEAU BAS À GÉRARD MORDILLAT !

Mélancholie ouvrière

Gérard Mordillat
2018 | 90’ | Fiction | France | JPG Films

D’après l’essai de l’historienne Michelle Perrot
Avec Virginie Ledoyen, Philippe Torreton, Marc Barbé, Patrice Valota, Jacques Pater, Jean-damien Barbin
et la participation de François Cluzet, François Morel, Alain Pralon 

Itinéraire d’une ouvrière syndicaliste du textile 

Lucie Baud est l’une des premières syndicalistes françaises qui, en 1905 et 1906 mena les grandes grèves dans les usines de tissage de la soie à Vizille et Voiron, près de Grenoble. Elle est l’une de ces femmes exemplaires, de ces héroïnes du quotidien dont la vie familiale, la vie amoureuse et la vie militante ne sont qu’une seule et même vie, une vie vouée à briser « l’infinie servitude des femmes »… 

En présence de Gérard Mordillat 

Gérard Mordillat

Cinéaste bien sûr, mais aussi écrivain, poète, journaliste et membre de l’émission culte Des Papous dans la tête de France Culture, Gérard Mordillat est né à Paris, dans le quartier populaire de Belleville, il s’intéresse très vite à la littérature et au cinéma. Il publie des poèmes, travaille avec Roberto Rossellini, réalise un documentaire sur les patrons, devient responsable des pages littéraires du journal Libération, qu’il quitte dès la publication de son premier roman, Vive la sociale !. Ses films et l’ensemble de son oeuvre sont traversés par la question sociale sous toutes ses formes. Il explore également la question religieuse avec Jérôme Prieur.

« Gérard Mordillat est un poète-archipel fraternel et solidaire, mais qui dérange, car sans complaisance aucune, qui remue la matière émotion dans le magma de ses mots, qui questionne sans trompe l’œil. On ne ressort pas indemne d’un film (fiction ou documentaire), d’un roman, d’un essai et encore moins d’un poème de Gérard Mordillat. Et c’est bien là le but. Poète-archipel donc, Mordillat, dont les îles-mots, les îles-pellicules ne se dispersent pas, ne se séparent pas, ne séparent pas, mais bien au contraire, se rassemblent, éructent, pour mieux nous rassembler nous-mêmes.
Gérard Mordillat nous dit par personnage interposé (in l’un de ses chefs d’œuvre, Les Vivants et les morts) : « Nous devons penser le monde que nous voulons si nous ne voulons pas que d’autres le confisquent à leur profit, confisquent jusqu’à nos rêves et nous ramènent à l’état d’esclaves, de marchandises ».
Gérard Mordillat est le poète de l’émotions-tripe, avec pour fil(m) conducteur, la Poésie vécue et le combat contre l’injustice. »

Christophe DAUPHIN (Revue Les Hommes sans Épaules)

Filmographie documentaire partielle
2019 Travail, salaire, profit
(série coréalisée avec Bertrand Rothé)
2015 Jésus et l’islam*
2013 Un fauteuil au 23, quai de Conti
2008 L’Apocalypse*
*série coréalisée avec Jérôme Prieur 

Filmographie fiction partielle
2012 Le grand retournement
2012 Les cinq parties du monde
2010 Des vivants et des morts 

Radio
2005 à 2018 Des Papous dans la tête
France Culture 

Bibliographie partielle
Romans
2020 Les roses noires
2019 La boîte à ragoût
2019 Ces femmes-là
2017 La tour abolie
2016 Moi, présidente 

Poésie
2014 Sombres lumières du désir
2011 Le linceul du vieux monde 

Essais
2014 Le miroir voilé et autres écrits sur l’image
1979 Ces patrons éclairés qui craignent la lumière (avec Nicolas Philibert)

Bande annonce

Pin It on Pinterest

Share This